L’emploi

Tant et plus ont été envisagé, promis, dépensé, réalisé ou échoué depuis tant d’années, pour aboutir à la présente situation, voire détestable ou parfois tragique, pour quelques millions de nos concitoyens frustrés ou largués que, par réalisme, il ne s’agit en aucun cas « de faire ou de tout faire » (pas d’usine à gaz), mais bien :

  • de mettre en synergie ce qui s’accomplit déjà,
  • sans se substituer à elles, de renforcer les structures existantes par coopération avec d’autres, si possible à travers une association référente dans chacune des villes traversées,
  • de collecter des dons pour financer des porteurs de projets, 
  • de proposer un modèle intermédiaire aux endroits « où il n’existe rien » (Cf. « l’espace d’économie citoyenne et participative » ou « pôle d’économie solidaire », décrit à la fin de la présente rubrique),
  • voire d’apporter de l’ingénierie dans les expertises et les pratiques s’exprimant dans les territoires,
  • voire encore de contribuer à diffuser  « ce qui innove » et « ce qui  marche » dans les divers réseaux pratiqués et rencontrés.

La question récurrente reste bien celle-ci :

« Comment l’événement sportif créé - t - il des emplois ? » :

  • en identifiant des porteurs de projets latents,  des épargnants de proximité pour les financer, et des experts accompagnants pour les sécuriser,
  • en diffusant des expertises et en encourageant des initiatives citoyennes au cours des Forums de fin d’étapes,
  • en mettant une coordination en place pour pérenniser, physique ou par le net,
  • etc, …

Une autre question récurrente reste aussi celle-ci :

"Comment l'argent va bien de la main du donateur dans celle du celle du porteur de projet ?"

  • à laquelle nous répondrons en partenariat avec les outils ou structures financières spécifiques existantes localement ou régionalement ... à défaut, par la création d'une "Cagnotte solidarité emploi", sous forme associative.

Nous rappelons succinctement :

« Qu’une plate-forme d’économie solidaire (ou quelqu’en fusse le terme) vise à impliquer la société civile pour revitaliser le tissu local dans une stratégie globale de lutte contre l’exclusion sociale par émergence, accompagnement et financement de projets … qu’elle consiste à agiter le territoire et à conjuguer les talents d’une ville, de ses entreprises, de ses associations et de ses citoyens pour animer un pôle d’appui à la création d’activités à travers trois réseaux de solidarité et de leur inter-collectif : un club de créateurs, un groupe d’experts volontaires et un réseau de financement local  (voir la rubrique « projethon »).

Pour faire court, nous vous proposons à suivre, 3 séries de 3 schémas complémentaires, ainsi que la fiche technique d’un "Pôle d'économie solidaire" (celui de Saint Jean d'Angély).

lire la suite >